Bordeaux cuvée 2004 de «L’Âne Mort»

Bordeaux cuvée 2004 de «L’Âne Mort» - 75 cl

La dégustation des vins du château des Annereaux est un plaisir que l’on partage en famille ou entre amis, dans les moments les plus conviviaux. Pas de tabous, ni de principes rigides pour ceux qui aiment ce vin qui allie finesse et équilibre.

Les « modernes » n’hésiteront pas à ouvrir une bouteille d’un millésime récent pour en offrir un verre à l’apéritif, ou pour déguster dans la journée avec des amis. Le merlot, cépage majoritaire, donne au vin de la souplesse, du fruité et une longue finale soyeuse permettant de l’apprécier seul ou accompagnant des nourritures légères.

Les « classiques » préféreront réserver un millésime plus évolué pour accompagner un bon repas. Avec le temps, ce vin, élaboré de façon traditionnelle et vieilli en futs de chêne, développe un délicieux bouquet. Le fruit cède peu à peu le pas à des arômes plus complexes où se mêlent des notes raffinées de sous-bois, de truffe et parfois de violette.

« L’abus d’alcool est dangereux pour la santé »

14,00

Catégorie :

Informations complémentaires

Avis (0)

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Bordeaux cuvée 2004 de «L’Âne Mort»”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le mot de l'artisan

Château des Annereaux

Région :

Aquitaine

C’est une belle histoire familiale qui débute au XIV° siècle. Depuis 600 ans, le château des Annereaux se transmet de génération en génération. En 2017, après 40 ans de travail passionné et fidèle à la tradition familiale, Dominique confie les terres à Benjamin : l’expérience laisse la place à la jeunesse : « J’ai 35 ans cette année. J’ai toujours eu en tête de travailler sur la propriété mais j’ai voulu voir autre chose. Je suis donc parti quelques temps sur Paris pour travailler et j’ai décidé de revenir sur le domaine il y a 4 ans », nous raconte Benjamin. « A mon retour, je me suis formé pendant 2 ans en parallèle du travail sur le Château. C’est surtout mon père, ingénieur agronome et œnologue, qui m’a appris ce métier », souligne-t-il. Cette même année, la propriété familiale fête ses 10 ans en Agriculture Biologique.